• LA JOELETTE VOYAGE ENCORE MALGRE LE FROID, LA PREUVE GRACE AU PRÊT DE LA JOELETTE

     

    Nous avons pu profiter, en collaboration avec Fanny et Valérie du Service Acces + de la Joëlette ce vendredi pour une magnifique balade au départ du petit village de Hoyemont ...  Francoise Gresse, habitante de ce petit hameau, touchée par la polio depuis son enfance, incapable de se déplacer a pu découvrir les magnifiques paysages autour de sa maison ...

     

    Elle va d'ailleurs vous envoyer un petit compte-rendu de son ressenti et de cette expérience qui était une surprise pour elle ... Merci St Nicolas.

     

    J'aimerais moi aussi vous remercier pour votre existence, votre dynamisme et votre bienveillance ... Bravo à toute l'équipe ...

     

    Vincent Wirtgen





     

  • FAUT IL NOURRIR LES ECUREUILS EN HIVER ?

     

     (Extrait du feuillet n° 12 régionale Natagora Marquisat de Franchimont)

     

    Faut-il  nourrir les écureuils en hiver ?

     

    Il faut savoir que l'écureuil enterre ce qu'il n'a pas mangé, ou alors, il le dissimule dans les creux des arbres ou même sous des racines. En général il creuse des trous à des endroits stratégiques qu'il connaît déjà, puisqu'il s'agit d'anciennes cachettes.

     

     L'écureuil est un petit animal qui a tendance à oublier où il a fait ses réserves, surtout quand le sol forme un beau manteau de neige. Il peut ainsi stocker jusqu'à 125 kilos de nourriture, de quoi lui permettre d'affronter un hiver rude ! En général, ses provisions sont bien supérieures à ses besoins pour tout l'hiver. Grâce à son odorat, il retrouvera la plupart des graines camouflées, mais celles qu'il aura oubliées contribueront à reboiser la forêt. Il arrive que le froid de l'hiver lui soit fatal.

     

    En période hivernale, le rythme de l'écureuil se ralentit, mais il n'hiberne pas. Il se construit en général un nid dans le creux d'un arbre. Il va même en construire plusieurs pour ne pas avoir à dépenser trop d'énergie en période hivernale. Il passe en effet beaucoup de temps à dormir et ne sortira de son nid douillet que pour pouvoir s'alimenter. Il part alors en quête de ses cachettes pour piller l'une de ses nombreuses réserves.

     

    Vous pouvez lui installer une mangeoire remplie de noisettes, de châtaignes, de glands, de graines de tournesol. La mangeoire sera installée sur un tronc d’arbre à minimum 1,7 m du sol, car il faut pouvoir la remplir régulièrement.

     

  • FORMATION AU MANIEMENT DE LA JOELETTE AVEC LES ELEVES DE LA SECTION ERGOTHERAPIE DE HEPL

     

     

     

    Collaboration IPESS (Institut Provincial d’Enseignement Secondaire Spécialisé) de Micheroux – HEPL (Haute Ecole de la Province de Liège – catégorie paramédicale-section ergothérapie) et l’asbl « Mille-Pattes ».

     

     Dans le cadre d’une après-midi profitable à tous, des étudiants de 3ème année de bachelier en ergothérapie et des membres du personnel de l’IPESS de Micheroux ont pu se former au maniement d’une « Joëlette » ce jeudi 17 octobre 2013 grâce à l’asbl « Mille-Pattes » qui a mis à la disposition d’un enseignant formé à leur maniement, deux « Joëlettes » pour l’occasion.

      

    Les buts de l'association Mille-Pattes sont de faire partager la nature à une personne à mobilité réduite ou momentanément réduite, accompagnée de 4 personnes valides (les "gros bras") au minimum, se promenant avec, en principe, au maximum une Joëlette, ce fauteuil tout terrain mono roue, afin de ne pas "re-ghettoïser" la personne "handicapée". Une personne mal ou non voyante pourra, elle aussi, profiter de l'aide des donneurs de bras.[1]

      

    À l’occasion de la formation du 17 octobre, ce sont les élèves de Forme 1 de l’IPESS qui ont pu bénéficier d’une balade sur le RaVel tout proche. Balade quelque peu gâchée par la pluie mais néanmoins arrosée de sourires.

     L’occasion pour les étudiants de se familiariser avec une population qu’ils pourront rencontrer dans leur pratique professionnelle et d’expérimenter les obstacles environnementaux qui jalonnent l’existence des personnes à mobilité réduite.

     Mme Annet, la directrice de l’IPESS de Micheroux, ainsi que Mme Lingua son ergothérapeute ont pu ensuite présenter leur institution aux étudiants de la Haute Ecole et insister sur ses spécificités qui touchent au domaine de l’ergothérapie.

     

    Auteure de l’article : N. Lacroix, maître assistante HEPL, catégorie paramédicale, section ergothérapie.

     



    [1]http://millepattes.skynetblogs.be/ page consultée le 17 octobre 2013