• PETIT TRUC


    SUS AUX MOUSTIQUES !  
    Comment faire pour tuer les moustiques sur le plan écologique (très utile) 
    Comment faire pour tuer les moustiques écologiquement correct . 
    Pour aider à la lutte permanente contre les moustiques et la dengue hémorragique , une idée est de les amener dans un piège qui peut tuer beaucoup d'entre eux . 
    Ce qu'il nous faut est essentiellement : 
    200 ml d'eau , 
    50 grammes de sucre brun , 
    1 gramme de levure ( levure de pain , vous trouverez dans n'importe quel supermarché )
     et une bouteille de 2 litres en plastique 
     Voici les étapes à développer :
     
    1. Couper une bouteille en plastique au milieu . Sauvegarder la partie du goulot d'étranglement : 
     
    2. Mélanger la cassonade avec de l'eau chaude . Laissez refroidir. Après avoir versé le froid dans la moitié inférieure de la bouteille . 
     
    3. Ajouter la levure . Pas besoin de mélanger . Il créera de dioxyde de carbone . 

    4. Placez l'entonnoir , la tête en bas , l'intérieur de l' autre moitié de la bouteille . 

    5. Envelopper la bouteille avec quelque chose de noir , moins haut , et mettre dans un coin de votre maison. 
     

    Dans deux semaines, vous verrez la quantité de moustiques qui sont morts à l'intérieur de la bouteille . 

    Outre le nettoyage de leurs maisons , les sites de reproduction des moustiques , nous pouvons utiliser cette méthode très utile dans les écoles , crèches, hôpitaux et maisons . 

  • ET LES COMMENTAIRES SUR LE TILLEUL

    Pour rafraîchir les mémoires de certains, lors de cette balade chacun d'entre nous, suivant sa date de naissance avait eu "son arbre"

    Pour Bernadette c'était le Tilleul. Thérèse l'avait oublié et lui a transmis par mail :

    "Eh oui, dans la bonne ambiance du repas, on a fait l'impasse sur le tilleul, et Bernadette en train de se demander quelles nombreuses qualités cet arbre lui confère ..... Voici :

    Pardonnons aux "tilleuls" d'oser regarder le monde à travers les lunettes de leurs rêves et de leur imagination, même s'ils achoppent souvent à la grisaille quotidienne, soit en la prenant trop au sérieux, soit en planant au-dessus d'elle.  Sans eux, nous finirions par oublier combien la vie peut être belle !"

     

    Nous avions terminé la matinée, comme à chaque fois avec Thérèse, par un bon bol de soupe qu'elle nous avait gentiment préparée.  Encore merci.